Portrait des Stratégies d’approvisionnement auprès des Autochtones

Ressources humaines, industrie électrique du Canada (RHIEC) a entrepris une étude diagnostique sur l’approvisionnement auprès des Autochtones. Cet intérêt fait suite au projet fructueux de RHIEC consacré au recrutement, à l’avancement et au maintien en poste des Autochtones. Le projet Portrait des Stratégies d’approvisionnement auprès des Autochtones a été financé par Affaires autochtones et du Nord Canada en 2011. Il a été conçu pour examiner les stratégies d’approvisionnement de l’industrie électrique et des énergies renouvelables des entreprises, qu’elles soient autochtones ou non autochtones. Le projet a relevé plusieurs enjeux en particulier en matière d’approvisionnement auprès des Autochtones et a fourni des solutions pour aider à surmonter ces obstacles. Le Rapport du projet contient des détails relatifs à ces défis et solutions, ainsi que d’autres éléments du projet.

image

Rapport de projet

Le rapport indique les façons dont les entreprises du secteur de l’électricité et des énergies renouvelables peuvent accroître leur approvisionnement en biens et services auprès des entreprises autochtones. Une partie importante du rapport est consacrée à la description des dimensions stratégiques et opérationnelles du processus d’achat. Ce rapport comporte également des études de cas qui illustrent des moyens adoptés par les entreprises du secteur en vue de développer des relations d’affaires avec leurs fournisseurs autochtones. Les études de cas servent également d’évaluation de l’industrie pour montrer la gamme de possibilités en affaires et approvisionnement qui seront offertes aux entreprises autochtones. Des entrevues avec des protagonistes de l’industrie, ainsi que la recherche secondaire, nous aident à mieux comprendre tout l’éventail des possibilités d’approvisionnement qui existent dans le secteur.

Ce rapport fournit également des recommandations basées sur la recherche qui aideront les entreprises à s’appuyer sur des pratiques actuelles, et qui encourageront l’industrie à considérer les entreprises autochtones comme des fournisseurs viables. Il analyse les avantages d’une stratégie d’approvisionnement auprès des Autochtones et sert de modèle aux entreprises qui désirent élaborer leur propre stratégie d’approvisionnement auprès des Autochtones.

Téléchargez le Rapport

Portrait des Stratégies d’approvisionnement auprès des Autochtones (disponible en anglais seulement)

Arguments favorables

Les arguments en faveur de relations d’affaires avec les entreprises autochtones s’appuient sur la législation, la responsabilité sociale et la réflexion stratégique à long terme. La législation encourage les entreprises à consulter les Premières Nations pouvant être touchées par tout développement mené sur leurs terres traditionnelles ou à proximité de celles-ci. La responsabilité sociale s’appuie sur l’éthique commerciale selon laquelle les entreprises se doivent d’établir de bonnes relations avec les peuples autochtones et leurs communautés, et ce, afin de veiller à ce que la collaboration progresse de façon bénéfique. De plus, les arguments en faveur s’inspirent du coût total de possession (CTP) — selon cette approche, au lieu de prendre des décisions à court terme basées sur les prix, les entreprises adoptent une approche plus stratégique, qui tient compte de tous les coûts et les avantages d’une relation à long terme entre l’entreprise et ses fournisseurs. L’approche CTP fait en sorte que d’autres facteurs, comme la responsabilité sociale de l’entreprise, entrent en jeu dans les prises de décisions liées à l’approvisionnement.

Approche

L’adoption, à l’échelle de l’entreprise, de la stratégie d’approvisionnement inclusive à l’égard des Autochtones, requiert la collaboration de tous les échelons de l’organisation. Cela exige que les responsables d’entreprises favorisent les enjeux inhérents au développement autochtone, et qu’ils s’informent de ces enjeux ou recrutent des personnes pour les leur enseigner. Ainsi informés, les chefs d’entreprise sont à même de s’adresser aux communautés autochtones en vue d’établir les bases de partenariats. Ces dirigeants doivent également déterminer une position définitive concernant les enjeux de l’entreprise relatifs à l’inclusion des Autochtones, ce qui est habituellement précisé dans des énoncés de politique ou de directives visant le caractère impératif de l’inclusion des Autochtones au sein de l’entreprise. L’une des principales constatations du projet relatif au Portrait est que de telles politiques doivent émaner du sommet de la pyramide, sans cela, l’adhésion du reste de l’organisation est particulièrement difficile. Idéalement, tous les services d’une organisation sont chargés d’établir des stratégies et des programmes qui pousseront l’organisation à fixer et à réaliser des objectifs d’inclusion des Autochtones.

C’est dans ce cadre organisationnel que le service de l’approvisionnement élabore ses stratégies d’approvisionnement auprès des Autochtones. Ce service met également en place des tactiques et des mécanismes opérationnels qui définissent encore davantage l’engagement de l’organisation en faveur de l’approvisionnement auprès des Autochtones. Les détails opérationnels de la politique sont essentiels, car ils peuvent encourager ou dissuader les entreprises autochtones. La stratégie d’une entreprise peut être inclusive sur papier, mais les niveaux opérationnels et tactiques aident à définir dans quelle mesure l’organisation sera proactive dans son travail avec les entreprises autochtones.

Cliquez ici pour consulter les sept étapes à suivre pour réussir l’approvisionnement auprès des Autochtones.

Mécanismes opérationnels et tactiques

Les entreprises qui ont leur propre division ou service d’approvisionnement doivent mettre en place les bons mécanismes qui seront incitants pour les entreprises autochtones. Vous trouverez ci-dessous des pratiques et des tactiques qui sont déjà utilisées dans le secteur :

  • Les entreprises peuvent « scinder » de gros contrats afin que les fournisseurs autochtones puissent soumissionner;
  • Les entreprises peuvent encourager les fournisseurs non autochtones à s’associer à des fournisseurs autochtones pour soumissionner;
  • Les entreprises peuvent adapter les critères de leurs demandes de propositions, de façon à accommoder les fournisseurs autochtones;
  • Les entreprises peuvent établir un programme de type « marché réservé » en invitant à ne soumissionner que les entreprises qui se sont identifiées ou qualifiées comme entreprises autochtones;
  • Les entreprises ayant établi des cibles pour l’approvisionnement auprès des Autochtones.

Renforcement des capacités

De nombreuses entreprises prennent la décision d’acheter ou non à un fournisseur autochtone, exclusivement si cette relation a une valeur ajoutée. Ils sélectionnent tous les fournisseurs avec le plus grand soin, et se montrent très prudents avant d’en accepter de nouveaux. Les entreprises autochtones devront également évaluer avec précaution les futures entreprises avec qui faire affaire, afin de déterminer le partenariat qui leur conviendra le mieux. Mais sur le plan commercial, la relation entre les fournisseurs autochtones et les entreprises doit être basée sur la confiance. Les entreprises doivent mettre en place des programmes pour renforcer les capacités des fournisseurs. De leur côté, les fournisseurs autochtones doivent s’assurer que, si on leur attribue des contrats, c’est qu’ils peuvent répondre aux exigences de qualité et d’exécution des dits contrats.

Demandes de propositions et appels d’offres

Comme c’est le cas pour bien des petites entreprises, certaines entreprises autochtones éprouvent des difficultés à se faufiler dans le labyrinthe contraignant de la documentation officielle des demandes de propositions (DPP) et des appels d’offres. Elles ont besoin d’information relative au processus d’approvisionnement standard et aux exigences de base en vue de faire des affaires. Elles auraient avantage à mieux comprendre les modalités d’attribution des contrats, et la façon de s’y conformer à l’instar de fournisseurs approuvés utilisés par les grandes entreprises. Pour les industries qui les sollicitent — et la plupart le font sous une forme ou une autre —, le fait d’être sur la liste des fournisseurs présélectionnés est extrêmement important.

Réseautage

Les entreprises autochtones, en particulier les petites, rapportent qu’il leur est difficile d’obtenir des renseignements relatifs aux occasions de collaborer avec d’autres entreprises. Il est important de savoir qu’il existe des processus formels et informels. Dans certains cas, le réseau informel est aussi appréciable que les procédures formelles d’approvisionnement. Souvent, des contacts professionnels s’établissent bien avant qu’un appel d’offres ne soit rendu public, et ils peuvent mener à des partenariats à long terme.

Coentreprises

Les entreprises autochtones auraient avantage à bénéficier d’une aide pour trouver des alliances possibles en vue de former une coentreprise. Il serait également avantageux qu’elles aient les outils pour comprendre les rouages d’une négociation efficace visant une entente d’entreprises conjointes, ainsi que pour saisir les facteurs qui contribuent à maintenir un tel partenariat tout au long de la vie de la coentreprise. Les entreprises expérimentées dans la réalisation de partenariats pourraient aider les entreprises autochtones à mieux connaitre leurs avantages concurrentiels et leurs compétences clés.

Grâce à ces pratiques et plus encore, les compagnies d’électricité pourront appuyer les entreprises autochtones en les aidant à surmonter les obstacles organisationnels qui les empêchent de réussir. Pour de plus amples renseignements sur les façons dont les entreprises autochtones peuvent prendre de l’expansion, consultez le Programme d’aide aux entreprises autochtones de RHIEC.