Programme des emplois verts

Le Programme des emplois verts de Ressources humaines, industrie électrique du Canada (RHIEC) appuie les entreprises qui désirent offrir aux jeunes une expérience de travail – par le biais de stages et de formations en milieu de travail – dans des postes du domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM), et ce, au sein de l’économie verte du Canada.

Qu’est-ce qu’un emploi vert?

Les emplois du domaine des STIM qui sont liés à l’économie verte peuvent être classés en deux catégories :

  1. Postes nécessitant des aptitudes, des connaissances, une expérience ou des compétences en matière environnementale en vue de fabriquer des produits ou de fournir des services procurant des avantages pour l’environnement.
  2. Postes qui ne requièrent peut-être pas de compétences environnementales spécialisées, mais qui procurent un avantage environnemental.

Stages, subventions et formation

RHIEC offre des subventions salariales de 50 %, jusqu’à un maximum de 15 000 $, aux employeurs qui embauchent des jeunes de 15 à 30 ans. RHIEC accordera une subvention salariale de 50 %, jusqu’à un maximum de 20 000 $, aux employeurs offrant des stages au sein de collectivités nordiques et éloignées, ainsi qu’aux jeunes les plus éloignés de leur emploi. Afin d’encourager les employeurs à recruter de manière proactive les jeunes de groupes sous-représentés, RHIEC réserve 50 % des stages aux jeunes qui considèrent appartenir à l’une des catégories suivantes :

  • Femmes
  • Peuples autochtones
  • Minorités visibles
  • Personnes handicapées

Les stages doivent être d’une durée d’au moins six mois et se terminer avant le 31 mars 2020.

RHIEC prévoit également du financement pour la formation des jeunes sans emploi et sous-employés, qui sont les plus éloignés d’un emploi éventuel, et remboursera 100 % des coûts de formation engagés avant le 31 mars 2020, jusqu’à 15 000 $ (ou 20 000 $ pour les jeunes des collectivités rurales et éloignées).

Le financement peut également se répartir en jumelant les subventions salariales et le coût de la formation, pour une contribution globale totalisant 15 000 $ (ou 20 000 $ pour les jeunes des collectivités rurales et éloignées).

Admissibilité de l’employeur

Les employeurs doivent faire partie d’au moins un des secteurs suivants :

  1. Entreprises dont l’activité principale est la production, le transport et la distribution d’énergie électrique verte.
  2. Entreprises offrant un soutien sectoriel, notamment les énergies renouvelables telles que la recherche et le développement ou l’efficacité énergétique.
  3. Entreprises travaillant dans la fabrication d’équipements et dans la prestation de services nécessaires à la production d’énergie verte.

Les organisations d’employeurs doivent être classées dans l’une des catégories suivantes :

  • Autochtone
  • Universitaire
  • Organisme sans but lucratif
  • Industrie
  • Gouvernement municipal, provincial ou territorial
  • Services publics

Demande de l’employeur https://forms.electricityhr.ca/Green-Jobs/Employer-Form

Admissibilité des jeunes

Les jeunes travailleurs doivent :

  1. Être un jeune âgé de 15 à 30 ans à compter de la date de début de son stage.
  2. Être un citoyen canadien, un résident permanent ou une personne avec le statut de réfugié au Canada.
  3. Être légalement en mesure de travailler au Canada conformément aux lois pertinentes et aux règlements afférents à la province ou au territoire de résidence.
  4. Ne pas être actuellement inscrit à titre d’étudiant à temps plein dans un établissement d’enseignement postsecondaire.

Formulaire de renseignements sur le participant https://forms.electricityhr.ca/Green-Jobs/Participant-Form

Modalités

  1. Les salaires pour ce stage ne doivent pas être financés par un autre programme qui reçoit un financement du gouvernement fédéral.
  2. Concernant les stages, l’entreprise doit fournir une occasion de travail à temps plein, pour une durée d’un minimum de six mois et d’un maximum de 12 mois, qui se terminera au plus tard le 31 mars 2020.
  3. La subvention salariale couvre le coût du salaire du jeune employé, jusqu’à concurrence de 50 %, montant qui ne dépasse pas 15 000 $. Pour les jeunes des collectivités rurales et éloignées, la subvention couvre jusqu’à concurrence de 20 000 $.
  4. L’entreprise doit fournir un minimum d’un dollar pour chaque dollar de subvention salariale reçu.
  5. En ce qui a trait à la formation, les entreprises ou les jeunes peuvent soumettre une demande pour 100 % des coûts liés à une formation correspondant à de meilleures perspectives d’emploi au sein de l’économie verte, jusqu’à un maximum de 15 000 $ (ou 20 000 $ pour les jeunes des collectivités rurales et éloignées).
  6. La contribution de RHIEC peut combiner une subvention salariale et le coût d’une formation, et totaliser un montant pouvant atteindre jusqu’à 15 000 $ par jeune inscrit au programme (ou 20 000 $ pour les jeunes des collectivités rurales et éloignées).
  7. L’entreprise ne doit pas recruter ni maintenir en poste des amis ou des membres de la famille sans disposer d’une politique de népotisme.
  8. L’entreprise doit se reporter au formulaire de renseignements sur le participant pour aviser les participants éventuels de la nature de leur implication au sein du Programme des emplois verts.
  9. L’entreprise doit fournir à RHIEC, sur demande, les renseignements relatifs à la preuve d’emploi, la date de début, le contrat avec le participant, le salaire total et les avantages sociaux.
  10. L’entreprise doit fournir à RHIEC, sur demande, des renseignements relatifs au stage.
  11. L’entreprise doit mettre au point un plan d’apprentissage officiel, en collaboration avec le participant, et ce, avant le début du stage.
  12. L’entreprise doit fournir mensuellement à RHIEC des déclarations financières ainsi que des rapports d’étape.

Les définitions relatives au programme d’énergie propre pour les collectivités rurales et éloignées (EPCRE) de Ressources naturelles Canada sont les suivantes :

  • On entend par « collectivité rurale » une collectivité qui compte moins de 5 000 habitants, dont la densité de population est inférieure à 400 habitants au kilomètre carré, et qui n’est pas connectée au réseau de gaz naturel nord-américain.
  • On entend par « collectivité éloignée » une collectivité qui n’est pas actuellement connectée au réseau électrique nord-américain ni au réseau de gaz naturel nord‑américain, et qui forme une agglomération permanente ou à long terme (5 ans ou plus) comptant au moins 10 unités d’habitation.

Financé par le Programme de stages en sciences et en technologie de Ressources naturelles Canada.